Votre 1er sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Votre 1er sujet

Message par Azalys le Mer 22 Oct - 14:44









Dawn Arë Lynt'viir
Age : 13 ans
Nationalité : Canadienne
Sexe : Féminin
Date de naissance : xx / xx
Lieu de naissance : Unknown
Etudes : Etudiante Ermite.
Signe Particulier : None.
Ex turba vero imae sortis et paupertinae in tabernis aliqui pernoctant vinariis, non nulli velariis umbraculorum theatralium latent, quae Campanam imitatus lasciviam Catulus in aedilitate sua suspendit omnium primus; aut pugnaciter aleis certant turpi sono fragosis naribus introrsum reducto spiritu concrepantes; aut quod est studiorum omnium maximum ab ortu lucis ad vesperam sole fatiscunt vel pluviis, per minutias aurigarum equorumque praecipua vel delicta scrutantes.
Post haec Gallus Hierapolim profecturus ut expeditioni specie tenus adesset, Antiochensi plebi suppliciter obsecranti ut inediae dispelleret metum, quae per multas difficilisque causas adfore iam sperabatur, non ut mos est principibus, quorum diffusa potestas localibus subinde medetur aerumnis, disponi quicquam statuit vel ex provinciis alimenta transferri conterminis, sed consularem Syriae Theophilum prope adstantem ultima metuenti multitudini dedit id adsidue replicando quod invito rectore nullus egere poterit victu.
Mes rps

GEEEEENS.





Type de lien
Nom et Prénom
Ex turba vero imae sortis et paupertinae in tabernis aliqui pernoctant vinariis, non nulli velariis umbraculorum theatralium latent, quae Campanam imitatus lasciviam Catulus in aedilitate sua suspendit omnium primus; aut pugnaciter aleis certant turpi sono fragosis naribus introrsum reducto spiritu concrepantes; aut quod est studiorum omnium maximum ab ortu lucis ad vesperam sole fatiscunt vel pluviis, per minutias aurigarum equorumque praecipua vel delicta scrutantes.




Type de lien
Nom et Prénom
Ex turba vero imae sortis et paupertinae in tabernis aliqui pernoctant vinariis, non nulli velariis umbraculorum theatralium latent, quae Campanam imitatus lasciviam Catulus in aedilitate sua suspendit omnium primus; aut pugnaciter aleis certant turpi sono fragosis naribus introrsum reducto spiritu concrepantes; aut quod est studiorum omnium maximum ab ortu lucis ad vesperam sole fatiscunt vel pluviis, per minutias aurigarum equorumque praecipua vel delicta scrutantes.
avatar
Azalys
Admin

Messages : 52
Date d'inscription : 28/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://azalys-tests.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre 1er sujet

Message par Azalys le Sam 9 Jan - 17:56


Prénom P² Nom
"TA QUOTE DE FIFOU QUI DÉCHIRE TOUT"
 

Bonjour ou bonsoir, mes p'tits lapins sucrés. Mon nom à moi, c'est prénom(s) et nom ! Je suis né(e) le date de naissance à ville, pays. Je suis un(e) jeune canard(e) de XX ans, classe non ? Un petit secret pour la route ; je suis orientation sexuelle et présentement célib, en couple, marié(e), etc.. On me dit souvent que je ressemble à nom de mon feat., en plus sexy. Parlant de sexyness, je fais partie du groupe nom du groupe, et nous y sommes tous très sexys.


physique
ça on s'en fout
caractère

La dernière fois que vous l’aviez vu ?

A la sortie de l’école, il ne devait pas avoir plus de dix ans. A l’époque, c’était un gamin adorable, même s’il n’était pas très sociable, on savait toutes que c’était pas sa faute. Vous auriez du voir la dégaine des parents aussi, pas facile pour lui de vivre dans un tel environnement….

Et votre enfant, il lui parlait non ?

Oui, de temps en temps, pour les devoirs par exemple. Je veux dire, mon fils est intelligent, alors il allait souvent le voir pour lui demander s’il voulait de l’aide, adorable non ? Je crois qu’il l’envoyait balader. De ce que j’ai entendu, il n’a pas beaucoup changé depuis cette époque.

W ;  la mère d’un camarade de primaire.

Il était comment au collège ? Plutôt turbulent non ?

C’est ce que tout le monde pensait au début, je veux dire, on avait tous entendu parler de sa situation en écoutant à la porte du directeur. On s’était inquiété, on était sur qu’il avait été influencé par ses parents. Mais au final, que dalle. Il en avait rien à foutre de nous. Mais le pire, c’est qu’il séchait pas les cours, et qu’il avait de bonne notes. Après, ce qu’il foutait en dehors du bahut, on savait pas. On a jamais su, et d’ailleurs, on sait toujours pas.

X ; un camarade de classe

Vous êtes un de ses clients régulier, il est comment lorsqu’il travail ?

Consciencieux, mais bizarre. Il a des conseils un peu morbide parfois, je crois que c’est lié à son deuxième boulot. Mais grâce à lui, la vie avec ma femme est beaucoup plus simple, et on se prends plus trop la tête. Je crois qu’elle à commencé à apprécier les clubs échangistes. Ça nous à libéré, de sortir des chantiers battus.

Son deuxième travail ? Vous en savez un peu plus peut-être ?

Je sais pas, je crois pas que je puisse en parler, essayer plutôt avec quelqu’un d’autre, ce genre de trucs c’est pas mes affaires, moi je suis un client reconnaissant, c’est tout.


Y ; un client régulier.


on ne change pas le passé
Grim, on lui parlait pas. Pas maintenant, mais avant. Avant, que ce soit ses camarades de classe en maternelle, ou les parents, et même les gérants qui attiraient les parents via les gosses avec des bonbons, on lui causait pas. Pourtant, il avait rien demandé lui. Il avait même pas le genre d’aura sombre des gosses dépressifs, et il était même pas bagarreur. Il était… ouais simple au possible en fait. Le problème dans sa vie, c’était ses parents.

A la base, ses parents, c’était des gens plutôt sympa, qui avaient eu un mariage heureux, même si ils voulaient pas de gosse. Ils se démerdaient pour ramener de la thune avec leurs boulots respectifs, et quand ils s’étaient ruiné, ils avaient sombré. La chambre de leur gamin avait été transformé en serre, et il dormait dans un coin. Vous avez déjà essayé dormi entouré d’une dizaine de plant ? Bah ça vous marque.

Le truc, c’est qu’il savait que quelque chose n’allait pas. Un gamin, ça sens ces choses là. Il voyait bien, quand sa mère fumait, que c’était pas comme les hommes dans la rue. C’était plus grand. Plus gros. Ca avait pas la même odeur de tabac qui se consumait. Et quand son père s’enfermait dans la cuisine, il entendait le bruit du verre qui tintait. Celui de la bouteille contre le verre. Puis ce quelque chose qui tapait contre la table. Et au final son père qui revenait, plus blanc qu’en rentrant, avec ce qu’il pensait être de la farine entre ses lèvres, et son nez.

Malheureusement, les odeurs, ça accroche aux fringues, malgré les lessives. Alors les parents ils avaient vite compris ce qu’il se passait chez lui. Ils avaient appelé les flics. Mais ils pouvaient pas le prendre en charge. Personne le voulait. On voulait pas que ce truc contamine ses gosses, c’était hors de question. Alors pendant que ses parents se faisaient embarquer, il observait. Les hommes armés rentraient, trouvaient les plants, et ils les arrachaient, ne pouvant pas les brûler. Ça restait la chambre de Grim. Deux saisissaient les bras de ses parents pour les accrocher avec ce truc gris, des menottes qu’on lui avait dit. On leur baissait la tête, et ils rentraient dans la voiture, sans un regard pour lui. Ils s’en moquaient.

Les autres, ils avaient de la peine pour ce gamin, qui n’avait pour l’instant, plus ses parents, et aucune famille qui voulait de lui. Alors quelqu’un l’avait pris en charge. On arrête pas de critiquer la police, mais ils l’avaient hébergé. L’officier qui lui offrait un toit était célibataire, sans enfant, et était ravi de partager son foyer avec un gamin aussi petit, qui avait toute la vie devant lui. Peut-être qu’il allait pouvoir l’éduquer avec des principes meilleurs que ceux qui l’avaient forgé jusqu’à présent. Mais que dalle. Grim, il s’en fichait aussi. Il voulait pas vraiment d’amis, même s’il en avait un peu.

Au collège, il avait trouvé ses meilleurs potes. Deux trois gamins tout aussi paumés que lui dans un monde qu’ils pigeaient pas. Ensemble, ils avaient survécus aux quatre années de torture entre les maths, le français, et les langues. Comme tout les gamins, ils s’étaient chauffé lorsqu’il y avait les cours d’éducation sexuelle. Comme tous les gosses, ils avaient commencé à s’échanger des magazines et films porno. Comme tous les gamins, ils s’étaient branlés devant. Et comme tous ils mataient, pressé d’essayer.

Puis était venu le lycée. Là, il avait découvert son arme préférée : le sarcasme. C’était jouissif pour lui. Il adorait voir les gens se détruire petit à petit. Il adorait les voir sombrer dans un désespoir et une noirceur proche de la sienne, malgré sa joie apparente. Comme il vivait toujours chez un flic, personne ne lui disait rien. Il était le roi de son petit monde de rancoeur. Comme il cernait vite les autres, il savait qu’il ferait psy. C’était un truc qu’il allait adorer. Il allait intervenir dans la vie de gens qu’il ne connaissait pas, et les conséquences ne dépendraient que des autres. La nature humaine est fascinante.

Vers sa deuxième année, il avait ouvert un forum axé sur le suicide. Pour ça, il avait cherché les expériences d’anciens suicidaires comme un cuisinier à la recherche de la recette parfaite. Il avait essayé certaines choses par lui même, causant des frayeurs monstres à son entourage. Il avait, à l’aide de scalpel récupéré en toute légalité, taillé ses poignets de plusieurs manière, nageant plus d’une fois dans son propre sang, afin de trouver lui même l’angle le plus décisif. Il avait listé les médocs les plus efficaces. Il avait déjà essayé de se défenestrer, du premier étage seulement, pour en voir l’efficacité. Pour cela, il avait des cicatrices de partout. Il adorait ces sensations grisante. Mais il ne voulait pas mourir. Alors au lieu de mourir, il acceptait de soutenir ses clients dans leurs épreuves. Il se délectait de leur malheur.


En troisième année, vers ses dix neufs ans, ayant redoublé, il fit des paris stupide avec ses amis. Au début, c’était des trucs tout con. Genre voler une boite de capote dans une pharmacie. Après, il y avait eu les karaokés avec des filles d’un autre bahut. Le premier à se faire tailler une pipe gagnait cinquante balle. Puis ils étaient parti plus loin. Le premier à se faire dépuceler. Le premier à dépuceler tout court. Celui qui arriverait à coincer la fille sérieuse en premier. Celui qui le ferait dans un couloir, ou dans un lieu publique. Des trucs comme ça, qui l’avait rendu totalement dépendant du sexe. Il n’avait pas de relation sérieuse. Si les filles se bousculaient pour le voir, ce n’était pas pour sa beauté. C’était plutôt pour un service. Et ça ce finissait souvent dans un hôtel, après une nuit de luxure et de débauche. Ce n’était pas une existence saine, mais il le vivait très bien.

Il se demandait encore comment il avait fini psychologue. Comment il avait même fait pour finir diplôme. Ses années d’études supérieures, il les avait passé dans les bars, et les avait finies dans les bras de quelqu’un. Il avait passé ses jeudis soirs à sortir, et à voir sa conscience basculer dans les méandres noir de l’alcool. Il avait senti son esprit s’envoler avec la légèreté de la drogue. Sans pourtant devoir en dépendre. Il n’avait pas changé.

Quand il bossait, il mettait tout ça de côté. Parce qu’il pouvait pas vraiment se permettre de s’envoyer en l’air avec ses clients, ou de boire un verre avec eux. Mais mine de rien, ses activités nocturnes influençaient sur son point de vue. Il était un peu trop cru, et ne s'embêtait pas avec les compliments. Il ne parlait pas dans le langage des psy standards. Il conseillait des choses qui n’avaient rien à voir avec la survie de chacun. Son but, c’était de les voir rentrer dans un monde qui n’avait rien de commun. Et le Japon était parfait pour ça.

Les gens, trop sérieux, croyaient en trop de chose. Peu lui importait, à lui, les divinités. Il se moquaient royalement des étoiles, même s’il avait pu voir de ses propres yeux qu’elles existaient. Pour lui, tous n’étaient que des jouets. Des pions sur un échiquier qu’il pourrait maîtriser à sa guise, si on lui mettait les clés du succès en main.


derrière l'écran
Et ici tu demandes au membre son pseudo, son âge, la couleur de ses sous-vêtements, s'il aime Astérix, s'il déteste les brocolis. (a) Et ici tu demandes au membre son pseudo, son âge, la couleur de ses sous-vêtements, s'il aime Astérix, s'il déteste les brocolis. (a) Et ici tu demandes au membre son pseudo, son âge, la couleur de ses sous-vêtements, s'il aime Astérix, s'il déteste les brocolis. (a) Et ici tu demandes au membre son pseudo, son âge, la couleur de ses sous-vêtements, s'il aime Astérix, s'il déteste les brocolis. (a)


fiche by Anthemis.
crédits gifs & icon ;; tumblr & chester.

avatar
Azalys
Admin

Messages : 52
Date d'inscription : 28/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://azalys-tests.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre 1er sujet

Message par Azalys le Lun 22 Fév - 2:33





Lysander Blake ;


▲▼

Résumé du Caractère Ϟ TEXTE.


NOM Ϟ Blake
PRENOM Ϟ Lysander.

AGE Ϟ 20 Ans
ORIENTATION Ϟ Yaoiste (8
Aptitude Détaillée Ϟ On pourrait croire que Lysander est doué d’une chance hors du commun, et qu’il arrive à ses fins justes avec le hasard, cependant, ce n’était pas vraiment cela.



it's one drink for everytime ;


7 Lignes de Caractère.




7 Lignes de Physique.




▲▼




10 Lignes d'Histoires.








you've made me go insane.

PSEUDO Ϟ écrire ici.
AGE Ϟ écrire ici.

J'AI CONNU LE FORUM Ϟ grâce à écrire ici.

AVATAR Ϟ Dramatical Murder - Noiz.
LE MOT DE LA FIN Ϟ J’ai envie de kiri depuis des mois… Sauvez moi…

CODE Ϟ
Auto-Validation pawah


(c) MEI SUR EPICODE


avatar
Azalys
Admin

Messages : 52
Date d'inscription : 28/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://azalys-tests.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre 1er sujet

Message par Azalys le Dim 21 Aoû - 21:55

Hello, sunshine ♥
Hac ex causa conlaticia stipe Valerius humatur ille Publicola et subsidiis amicorum mariti inops cum liberis uxor alitur.

Reguli et dotatur ex aerario filia Scipionis, cum nobilitas florem adultae virginis diuturnum absentia pauperis erubesceret patris.
© ASHLING POUR EPICODE


avatar
Azalys
Admin

Messages : 52
Date d'inscription : 28/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://azalys-tests.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre 1er sujet

Message par Azalys le Dim 15 Jan - 21:16






let’s fight girl



il y avait cette fille, tu t’en souviens blanche, qui dès ta première année te dévisageait depuis la table opposée à la tienne. une serpentard. d’après les gryffondors, cette maison était salement réputée et vu le regard qu’elle t’avait lancé, tu ne t’en étais même pas étonné. plus tard, tu avais appris qu’elle s’appelait candice. bien plus tard encore, tu avais compris qu’elle ne t’aimait pas car tu étais moldue. depuis, vous vous retrouviez souvent ici, dans la salle des duels, pour régler vos différents. oh bien sûr, elle était plus âgée que toi. mais blanche, tu le sais, la magie n’a pas d’âge.


begin

BY MITZI



avatar
Azalys
Admin

Messages : 52
Date d'inscription : 28/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://azalys-tests.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre 1er sujet

Message par Azalys le Dim 29 Jan - 0:17




Healwizens

  • nom
    healwizens

  • âge
    peut-être un peu plus de la vingtaine

  • race
    viridienne

  • origine
    rhivarion

  • localisation
    rhivarion

  • emploi
    -

  • orientation
    elle est très ouverte au niveau de son orientation sexuelle et ne se restreint pas

  • situation
    wizzie, tu es aimée par ta maman, tu le sais, elle te câline assez souvent d’ailleurs. c’est la seule qui arrive à mater la toi qui n’est plus humaine et toi tu l’aimes aussi, fort, inconditionnellement même. avec ton papa… c’est plus compliqué, tu le sais. il t’aime, mais avec beaucoup de distance. parce que c’est un homme fort et qu’il chasse souvent, tu ne passes pas beaucoup de temps avec lui, mais toi, tu l’aimes ton papa aux allures d’ours.

  • sang
    pur ; son animal totem est un renard corsac.

  • familier
    -



prologue


avant que tu ne viennes au monde ;



Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.



caractère


healwizens



tu es folle wizzie, c’est maman qui l’a dit. les autres aussi le disent, tu sais, que tu es folle, parce que tu rêves de bien trop de chose pour ton âge, parce que tu sais voir les opportunités qui font peur aux plus grands et aux plus sages parce que tu es jeune toi et ta jeunesse te rends inconsciente alors pour que tu cesses d’être aussi dangereuse, ils ont dit que tu étais folle. alors tu as grandis en pensant l’être donc au lieu d’arrêter d’être toi, tu avais continué, encore et encore, puisqu’à présent, plus rien n’avait d’importance puisque après tout, tu es folle.

tu sais que maman et bien, elle a raison quand elle dit que tu es une enfant insensée, perdue, presque dérangée, mais tu sais aussi que malgré ses mots durs, elle t’aime de tout son coeur, elle te défends bec et ongles contre ceux qui essayent de te faire du mal, même si au final, le mal il est déjà fait. il est fait parce que toi, tu penses que tu es folle alors que tu ne l’es pas et personne ne te dira jamais le contraire puisqu’à force de le croire, tu l’es devenue. tu es devenue celle qu’on voulait que tu sois, mais ce ne sont pas tes idées qui t’ont rendues ainsi, mais ta nature.

tu es folle, alors tu as fini par aimer la douleur que provoque ton changement. tu hais la sensation de tes os qui se déplacent et transforment pour que tu cesses d’être toi, l’humaine, mais que tu commences à être toi, la bête. celle qui n’est plus concernée par les règles des hommes mais pas celles de la nature, la bête que tu ne contrôle pas, puisque tu ne fais qu’un avec elle, tu ne sens pas son instinct qui te ronge petit à petit car tu n’as même pas conscience de ce qui vous sépare, elle de toi, toi d’elle. une fois que tu deviens la bête, tu cesses d’être wizzie, la petite humaine aimée par sa mère, tu es alors healwizens, celle que tu aurais du être, celle qu’on t’avait empêcher de devenir. tu devenais libre.

tu souffres, quand tu changes, tu souffres comme jamais un homme peut souffrir et tu sais que, comme les autres avant toi, rien ne calmera cette douleur qui te fais serrer des poings, assez pour que tes ongles s’enfoncent dans ta chair jusqu’à t’en faire saigner. ta peau s’enflamme, toujours, se déforme par la pression des os qui changent, s’étire par ton corps qui s’allonge, s’étire jusqu’à perdre toute dimension d’homme ou de bête. tu es hideuse pendant que tu changes. tu le sais parce maman, il y a longtemps, elle s’était changée devant toi et tu avais vu à quel point elle devenait difforme, monstrueuse, tu savais que toi aussi, tu serais comme elle. tu avais eu peur. tu as toujours peur.

et cette peur se change en un sentiment d’exaltation et d’anticipation, puis ta vue se trouble, se modifie, devient claire. tu n’es plus un monstre, tu es juste elle, toi. vient le moment où l’inverse se produit, tu redeviens wizzie, la petite wizzie aimée par ses parents, tu cesses d’être libre, à nouveau, tu es l’enfant folle. souvent, quand tu te retrouves seule dans les bois et que tu revois tes mains d’humaine, tu en pleures de rage. tu te sens comme un oiseau en cage. tu le sais, tu le vois. tes voisins, il en ont un d’oiseau en cage, il est tout petit, bien plus petit que ses amis sauvages et il est docile, trop docile. trop habitué.

mais toi, tu es folle donc tout est différent. tu n’es pas comme cet oiseau qu’on laisse voleter paisiblement dans sa petite cage d’argent. tu es folle alors on te surveille pour que tu n’ailles pas murmurer d’idées saugrenues aux oreilles des plus jeunes, on fait attention à ce que tes paroles ne choquent pas les plus anciens, on fait attention à ce que tu n’ailles pas te perdre trop loin car si tu perds, tu comprendras trop vite qu’au final, tu n’es qu’une demoiselle comme les autres.

physique


wylde



tu es jolie healwizens. tu es jolie car tu brilles par l’éclat de ta folie. vive et éclatante d’une aura sauvage qui te suis comme ton ombre, se collant contre toi, se déplaçant en même temps que toi, se mouvant le long de ton corps sans que tu ne puisses rien y changer puisque cette chose, cette personne, c’est toi. c’est elle aussi. cette ombre qui se tapit le long de tes membres en guettant la moindre occasion de te pousser à la folie, la vraie. celle qui te ferait perdre ta conscience de toi et des autres pour n’avoir pour perception que celle d’une chasse interminable, sauvage et lugubre, dans une danse sanglante.

tu es l’enfant gracieuse aux yeux perçants healwizens. ces yeux que ton peuple ne considère plus que comme le reflet de ta folie grandissante. tu leurs donne raison maintenant. tu sais toi aussi que ton regard n’a plus rien de celle que tu étais avant, celle qui rêvassait. toi même quand tu vois ton reflet dans l’eau limpide tu peux voir cette lueur sauvage qui danse maintenant au creu de tes iris. et tu sais que parfois, tes lèvres s’étirent en un large sourire carnassier dès que ton corps ressent les prémices de ce changement que tu aimes tant.

[u.c.]

minske







  • pseudo
    azalys

  • age
    dix huit

  • autres forums
    quorl & fidelitas

  • avatar
    unknown - pixiv

  • ce que j’aime
    le bleu, les chats, les choses simples, les livres fantaisistes, ceux qui arrivent à me faire sourire, la vanille, love live, les animes, les mangas, harry potter, zelda, final fantasy, tales of, narnia, manger, dormir aussi, les trucs à la rose, les peluches, les disney et ghiblis, les moments simple à discuter, rencontrer des gens, aimer ces gens, grapher, chantonner, écrire, les carnets, bouger ailleurs que là où j’habite, découvrir de nouvelles choses, apprendre des langues, parler à des inconnus et apprendre des choses, sourire et rire, les papouilles, les câlins quand je suis triste, gribouiller des dessins même si j’ai aucun talent, les jeux de rythme, voir que je partage les même intérêts que les autres, parler de ce que j’aime, avoir des gens à mes côtés, être aimée, aimer les autres, pleurer quand j’en ai vraiment marre, quand je peux me reposer, quand j’arrive à me calmer après avoir été en colère, l’ice tea, les écureuils, enfin, j’aime bien vivre.

  • code du forum
    Tout est à vendre ! Si j'avais une soeur, je la vendrais sur-le-champ !

  • autre chose ?
    j’en ai marre d’écouter les ost de moana mais elles sont tellement bien ;
    j’étais howl.


BY MITZI

avatar
Azalys
Admin

Messages : 52
Date d'inscription : 28/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://azalys-tests.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre 1er sujet

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum